PYGMALION

MUSIQUE – LITTÉRATURE – BANDE DESSINÉE

Pygmalion (c) Sandrine Revel

Deux mélologues sur le mythe de Pygmalion constituent le projet pédagogique du Paris Mozart Orchestra pour l’année scolaire 2017-2018. En résonance au mélologue de Georg Benda sur un texte de Jean-Jacques Rousseau, le Paris Mozart Orchestra a choisi d’explorer les résonances contemporaines du mythe en commandant un nouveau mélologue à Philippe Hersant sur la ballade-romance Pygmalion de Goethe.

Un album de bande dessinée inspiré du projet et de la démarche de l’orchestre par la dessinatrice Sandrine Revel, prix Artemisia de la bande dessinée 2016, sera publié en juin 2018.

Le mythe de Pygmalion : animer l’inanimé

Cette légende de la mythologie grecque relate le récit de Pygmalion, sculpteur révolté par le mariage qui, devenant amoureux de sa statue Galatée, incombe à la déesse de l’amour Aphrodite de la rendre vivante afin de l’épouser.

Participation co-créative des élèves

Chaque classe est invitée à s’approprier le mythe par la création d’œuvres littéraires, musicales, visuelles, graphiques etc, comme par exemple : l’écriture de  poèmes fantastiques, de ballades en rimes, la réalisation de bandes dessinées (sur Pygmalion, sur Un Orchestre dans mon Bahut), de la peinture, des créations musicales…

CONTACT

Elisa Rodriguez
Référente pédagogie PMO
pmo@parismozartorchestra.com

Mathieu Rasoli
Conseiller musique
Académie de Versailles
mathieu.rasoli@ac-versailles.fr

Yves Guinchat
Conseiller musique
Académie de Créteil
yves.guinchat@ac-creteil.fr

DOSSIER PÉDAGOGIQUE

Télécharger dossier

CALENDRIER

Avril-Mai 2017
Appel à candidatures

Septembre 2017
Réunion de rentrée

Octobre – Décembre 2017
Rencontres avec Claire Gibault dans les établissements

Janvier – Avril 2018
Concerts pédagogiques

Mai 2018
Concerts de fin d’année à Paris

LES ARTISTES

Philippe Hersant

Philippe HERSANT

Né en 1948 à Rome, Philippe Hersant fait ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, notamment dans la classe de composition d’André Jolivet, avant de devenir boursier de la Casa Velasquez de 1970 à 1972 puis de la Villa Médicis de 1978 à 1980. Sans jamais chercher à faire école, il fut l’un des premiers de sa génération à se situer, de nouveau, dans l’espace tonal et modal. Il n’en bannit pas moins toute inclination néo-classique. Son catalogue est riche de plus d’une centaine d’œuvres (sans compter la musique de scène) pour des formations très diverses, orchestre, chœur, musique de chambre, musique instrumentale soliste ainsi que deux opéras et un opéra choral sur des textes de détenus russes et français. Largement reconnu dans le monde musical actuel, d’illustres institutions lui passent régulièrement commandes, et de nombreuses distinctions lui ont été décernées : Grand Prix musical de la Ville de Paris, Prix des compositeurs de la SACEM (1991), Grand Prix SACEM de la musique symphonique (1998), Grand Prix de la Fondation Del Duca, Grand Prix Lycéen des Compositeurs, Prix de la musique SACD, Victoires de la Musique Classique etc.

Sandrine Revel

Sandrine REVEL

Née en 1969, Sandrine Revel poursuit ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Bordeaux avant de réaliser son tout premier album BD qui la fera entrer dans le monde de l’édition. Partagée entre l’illustration jeunesse et la bande dessinée, elle a publié, depuis 1995, une vingtaine d’albums mélangeant les genres, les styles et les techniques graphiques. Il y a quelques mois, elle décroche le prix Artémisia pour son album Glenn Gould, une vie à contretemps un long seller déjà traduit en plusieurs langues. Elle assure également de nombreux travaux d’illustration dans la presse, notamment pour Sud Ouest et Milan Presse ; l’idée de départ d’Un Drôle d’Ange Gardien (Prix Alph’Art 7-8 ans 2001 à Angoulême) est d’ailleurs née d’un de ses travaux. La peinture l’attire ; elle expose à Paris et à Bordeaux en 2012 et 2016 une série de tableaux sur le thème de l’enfance.