Nos musiciens racontent La contrebasse d’Héloïse Dély

23/11/2018

La contrebasse ?

 

 Elle questionne par sa taille, elle intrigue par sa forme…
Dans le roman de Patrick Süskind « La Contrebasse », le contrebassiste s’exprime ainsi: « le pôle générateur dont les reins font jaillir la semence musicale, c’est moi! »… la contrebasse érotisée…
elle est, plus que n’importe quel autre instrument, personnifiée. Ne dit-on pas en argot « peloter la grand-mère ». Sensuelle ou grabataire…
Plus jeune, je me souviens que certains la voyaient « accouplée » exclusivement avec un homme. Ainsi, j’ai pu parfois entendre: « avec vos longs cheveux blonds, je vous voyais plutôt à la harpe ». Ou encore, sur un ton offusqué: « mais elle est plus grande que vous!?! »… vision du couple bien archaïque…
Aujourd’hui, les choses ont bien changé, et cette grande dame à l’allure fière, chapeautée tantôt d’une volute classique ou tête de lion, jouit de la liberté de choisir, à sa guise, compagne ou compagnon.
Héloïse Dély, contrebassiste