Claire et Adeline Sur la route des bahuts

28/11/2017

Claire Gibault et Adeline Bernardo, notre nouvelle assistante pédagogique en service civique, ont repris la route des bahuts !

Depuis le 23 novembre, cinq établissements les ont déjà accueillies. Le Collège de Gassicourt à Mantes-la-Jolie a ouvert la saison ODMB en les accueillant avec café et croissants. Après 5 ans de partenariat entre cet établissement et le Paris Mozart Orchestra, les retrouvailles entre Valérie Lhernault (professeure de musique), Claire Gibault et certains élèves des années précédentes restent toujours un moment de bonheur.

 

1 heure pour captiver des élèves !

Le temps de ces 1ers échanges dans chaque établissement est court, 1 heure pas plus ! Il faut donc aller à l’essentiel, être bref, concis, mais surtout maintenir l’attention du public ! Dès le début de la séance, il est primordial de conquérir l’auditoire, rien de mieux qu’une projection photos des projets artistiques passés. Plongés dans leurs souvenirs, les élèves se reconnaissent, identifient leurs amis, des prénoms s’échappent et les rires éclatent. Facile ensuite de poursuivre sur la présentation du projet 2017-18 Pygmalion !

 

Pygmalion, projet ODMB 2017-18

L’histoire du sculpteur Pygmalion qui décide de modeler la plus belle de toutes les statues, Galatée, reflet de la femme parfaite, interpelle les élèves. « Mais madame, finalement cette femme ne parle pas ? ». Et oui, à croire que la femme parfaite serait belle et muette ! Quand Claire Gibault interroge les élèves sur l’origine du nom Galatée, les réponses ne manquent pas d’originalité : « une planète ? », « un artiste ? », « une fleur ? », « une musique ? ».

Claire Gibault aborde ensuite Pygmalion sous son aspect musical, en présentant le compositeur Philippe Hersant et Georg Anton Benda. Ce dernier étant originaire de Bohême, aujourd’hui République tchèque, c’est le moment idéal pour parler d’Europe. La séance se poursuit avec  la présentation des différents instruments et le métier de chef d’orchestre. Les questions sont toujours au rendez-vous, « Madame, à quoi sert votre baguette ? », « Pourquoi vous la rangez dans un étui ? », « C’est comme la baguette d’ Harry Potter ! ».

 

ODMB, une pédagogie du détournement

Avec ce projet artistique, c’est aussi l’occasion d’évoquer des personnalités importantes, telles que Goethe, Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Les élèves se battent pour venir lire au micro le texte de Rousseau, qui a inspiré la BD de Sandrine Revel. Les langues fourchent sur les mots, la phrase qui suit, « J’ai craint que l’admiration de mon propre ouvrage ne causât la distraction que j’apportais à mes travaux » devient, « J’ai craint que l’administration de mon propre ouvrage ne causât la disparition que j’apportais à mes travaux ». Éclat de rire général ! Sandrine Revel et sa bande dessinée attisent la curiosité. Sa personnalité plaît beaucoup, surtout quand on évoque son chien Jules, héros de sa dernière BD. L’accent est mis sur la pluridisciplinarité du projet. Musique, littérature, bande dessinée deviennent les médiums d’une pédagogie du détournement. Apprendre et se cultiver autrement…

 

Des propositions créatives à foison !

« Et si on remplaçait le texte de la BD de Sandrine Revel ? »

« On pourrait peut-être ajouter plus de personnages dans la bande dessinée ? »

« Mettre de la couleur dans les dessins serait une bonne idée non ?»

« Pygmalion pourrait être une femme aussi ! »

« On pourrait créer notre propre bande-dessinée »

 

Pour finir la séance, les élèves ont incarné eux-mêmes des sculpteurs, pendant que d’autres, métamorphosés en statues, prenaient la pose, le temps d’une photo 🙂