Le Quatuor Psophos fête ses 20 ans

08/12/2017

Pour ses 20 ans, le quatuor Psophos, solistes de l’orchestre, sort un nouveau CD chez Klarthe Constellations et se produit au Bal Blomet (Paris 15e) pour trois soirées exceptionnelles les 8-9-10 décembre. Un anniversaire à ne pas manquer !

 

Trois concerts au Bal Blomet

« Nous souhaitons faire de ces soirées un moment festif et convivial, un moment d’échange, de rencontre et de partage. » Pour la première soirée, le Quatuor Psophos invite le pianiste Frédéric Vaysse Knitter, autour de Brahms, Dohnanyi et Szymanowski ; la deuxième soirée sera consacrée au jazz, et un programme « romantisme et fraternité », du quatuor à l’octuor, autour Mendelssohn, Brahms et Schubert, clôturera ce week-end festif.

 

Bal Blomet 8dec Bal Blomet 9dec Bal Blomet 10dec

 

Programmation et billetterie en ligne

 

Ravel, Dutilleux et Debussy

Constellations quatuor psophos

 

Quatuors à cordes de Maurice Ravel, Henri Dutilleux et Claude Debussy

 

« Dès les commencements du quatuor, Debussy et Ravel nous ont accompagnés et nous ont élevés. L’univers merveilleusement poétique et lyrique de ces deux compositeurs a grandi en nous au travers des années et nous a fait lever les yeux vers ces galaxies qui résonnent au gré de leurs vibrations dans l’espace-temps. Nous avons découvert par la suite « Ainsi la nuit » d’Henri Dutilleux pour qui nous avons eu la chance de jouer lors d’un concert en son honneur à Cardiff. Nous avons été séduits par la richesse et l’inventivité de son écriture, et comme ses illustres prédécesseurs, par sa recherche des couleurs, des sonorités nouvelles et l’infinie poésie des souffles ou clairs-obscurs d’une nuit étoilée… C’est donc tout naturellement que nous avons réuni ces trois quatuors qui comptent parmi les plus importants du répertoire français. L’année 2017 étant l’anniversaire de nos 20 ans, nous voulions à cette occasion rendre hommage à ces œuvres que nous chérissons tant… »

 

Ils en parlent…

 

« Le parcours de ces trois îlots d’indépendance est exaltant sous les archets du quatuor Psophos. La force hymnique de Ravel nous parvient dans une interprétation d’anthologie portée par la légèreté et la profondeur d’un souffle qui ne s’épuise jamais. La grandeur autoritaire de Debussy s’impose avec tact. Quant à Dutilleux, il bénéficie d’une activité de vers luisants qui pousse la notion de jeu jusqu’à l’ivresse » Le Monde

 

« Le secret de cette interprétation remarquable ? La clarté des différentes voix (merci la prise de son !) alliée à un geste noble et mélodieux qui font que Ravel et Debussy chantent avec une clarté sereine – la tristesse à fendre l’âme du « Très lent » du premier et la langueur si debussyste de l’ « Andantino, doucement expressif » du second –, et vibrionnent sur des rythmes bigarrés : exotiques dans l’ « Assez vif » de Debussy, fougueux et rageurs chez Ravel – II et IV. Le songe debussyste se poursuit dans les « constellations » nocturnes de Dutilleux, dont le Quatuor Psophos exalte le mystère d’un expressionisme schoenbergien. Une autre manière de contempler le « temps suspendu », final d’Ainsi la nuit » Musikzen